L’originalité et l’intérêt des collections de l’Hôpital Notre-Dame à la Rose résident dans leur variété et leur qualité. En effet, elles illustrent de nombreux domaines de l’histoire de l’art et de l’histoire des sciences. De plus, elles sont conservées in situ et contribuent très largement à recréer une atmosphère, une vie propre à ce lieu où le temps semble s’être arrêté. De nombreux liens peuvent être mis en évidence entre les objets présentés aujourd’hui aux visiteurs et la vie quotidienne ou les grands événements qu’ont connus ceux et celles qui ont fait et écrit l’histoire de l’Hôpital Notre-Dame à la Rose.

Copyright Francis Vauban

Les collections artistiques comprennent plusieurs milliers de pièces. Il s’agit notamment de meubles gothiques, Renaissance et Namurois ou encore de boiseries Régence ou baroques. Les crédences et les bancs-coffres gothiques constituent un ensemble unique en Belgique.

Les tableaux sur bois ou sur toile (du xve au xxe siècle) sont de qualité et l’on peut citer par exemple : L’Allégorie de la vie religieuse, extraordinaire anonyme du xvie siècle ou encore le cycle de 14 toiles du grand réfectoire de la communauté ainsi que la Vierge à l’enfant de l’appartement de Monseigneur qui accueillait les hôtes de marque de passage par l’Hôpital. Enfin, comment ne pas parler du surprenant Christ aux seins ou Jésus veillé par les Saintes Femmes redécouvert lors de la préparation de l’exposition « Le Jardin clos de l’âme ».

La statuaire n’est pas en reste avec une vierge à l’enfant du 14e siècle et une pietà du 15e siècle.

Le trésor d’orfèvrerie civile et religieuse, riche d’une quarantaine de pièces, renforce encore l’intérêt des collections artistiques de l’Hôpital Notre-Dame à la Rose. Tout cela sans parler des tissus, dentelles, cuivres, étains, porcelaines, cristaux et tissus.

Il est intéressant de noter la manière dont la collection s’est peu à peu constituée. Il s’agit le plus souvent d’objets offerts par la famille des jeunes filles entrées en religion à l’Hôpital afin de se mettre au service de Dieu et des malades. Parfois, des dames prieures issues de familles fortunées firent également don à l’Hôpital d’une partie de leur patrimoine mobilier ou commandèrent des tableaux d’après des artistes réputés ou encore des pièces d’orfèvrerie. Ces collections constituent un extraordinaire témoignage, une superbe illustration de la vie de la communauté qui occupa l’Hôpital de Lessines pendant près de 750 ans.